jeudi 15 février 2018

Les concerts de Saint-Paul - 11 février 2018 - DL du 14 février

Clarinette au Lauzin
Salle Saint-Paul
Villard Saint Pancrace



Les Concerts de Saint-Paul - 11 février 2018 - Clarinette au Lauzin

Ce dimanche, 11 février 2018, les Offenbachiades du Sud nous ont proposé un menu musical très éclectique qu'il s'agisse de l'éventail des œuvres présentées que de la combinaison orchestrale, alternant solo, duo, trio… voire septuor virevoltant à travers plusieurs siècles de musiques autour de compositeurs "de la Renaissance à l'époque contemporaine", aux œuvres baroques ou romantiques...


Par ces choix, notre maestro, Jean-Christophe Keck a comblé, comme il en est coutumier maintenant, un public connaisseur, ou profane, mais toujours plus nombreux et avide d'originalités.


Ce conteur intarissable d'anecdotes usant avec pédagogie de sa faconde naturelle pour expliquer avec simplicité et par l'exemple, certaines particularités musicales ignorées de beaucoup mais pour leur plus grand plaisir.




Flavio Lodi, talentueux clarinettiste, entouré et accompagné de non moins talentueux musiciens de l'Ensemble Vauban, a conquis l'assistance ravie de découvrir la couleur musicale classique de cet instrument...


Ce goûter dominical s'ouvre par une mise en bouche, ou plutôt à l'oreille, avec "Danceries de la Renaissance" de Tielman Susato, suivi de quelques entrées dont un allegro "Quintette avec clarinette" de Carl Maria Von Weber et un "Prélude de la première suite pour violoncelle seul" de Jean-Sébastien Bach. Après la "Méditation de Thaïs" pour violon et ensemble de Jules Massenet, un "Trio des quilles K498" pour clarinette, alto et piano de Wolfgang Amadeus Mozart est offert à l'auditoire avant "Le cygne" (léger et majestueux) pour violoncelle et piano, extrait du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns ; le public retrouvera d'ailleurs ce compositeur et cette œuvre par un extrait de "L'éléphant" pour contrebasse solo et piano, ponctué de sourires tant cette pièce, inconnue pour la plupart d'entre-nous, faisait penser à la marche des éléphants du Livre de la jungle… une gourmandise inattendue ! Pour accompagner cet intermède musical, le public dégusta un air "Water music" de Georg Friedrich Haendel qui malgré la saison hivernal fit un bien fou à l'assistance attentive, avant de ressentir le parfum du "duo des fleurs", extrait de Lakmé de Léo Delibes.





Et pour couronner ce succulent divertissement musical, l'auditoire découvrit en guise de dessert, trois œuvres composées par Jean-Christophe Keck, notre maestro, avec "Clarinette polka" et "Mine de rien, galerie d'automne", un clin d'œil mémoriel aux mines du village, suivi de "Chanson d'M", toutes deux pour clarinette et ensemble.


Un savoureux menu musical servit par de talentueux artistes : Maïté Louis et Giulia Subba, violons - Virginia Luca, alto - Fabio Fausone, violoncelle - Umberto Salvetti, contrebasse - Franck Pantin, piano que le public chaleureux a souvent remercié par des salves d'applaudissements.

samedi 10 février 2018

Les Concerts de Saint-Paul - 11 février 2018 - Le Dauphiné Libéré de ce jour

Jean-Christophe Keck accueille le soliste Flavio Lodi, clarinettiste
de l'Orchestre de Chambre des Hautes-Alpes,


et l'Ensemble Vauban,


pour offrir un programme musical judicieusement choisi
pour solo, duo, trio... septuor
Salle Saint-Paul à 18h

En l'absence de notre ami Fernando Lima de Albuquerque, nous retrouverons le non moins talentueux violoncelliste Fabio Fausone, membre du "Trio Quodlibet", que le public avait pu écouter et applaudir en octobre dernier lors du Festival d'Automne "Vauban en Musique".

Article du DL de ce 10 février 2017




dimanche 4 février 2018

Les Concerts de Saint-Paul - 11 février 2018 - Clarinette au Lauzin...

Les Offenbachiades du Sud ont le plaisir de vous présenter

Les Concerts de Saint-Paul
Clarinette au Lauzin...

Dimanche 11 février à 18 heures
Salle Saint Paul
Villard Saint Pancrace
avec
        Flavio Lodi, clarinette
        Ensemble Vauban
Direction musicale : Jean-Christophe Keck

Pour notre troisième concert à la Salle Saint-Paul, nous avons le plaisir de recevoir comme soliste invité notre ami Flavio Lodi que le public haut-alpin connait bien, puisqu'il s'agit du talentueux et chaleureux clarinettiste de l'Orchestre de Chambre des Hautes-Alpes. En compagnie des musiciens de l'Ensemble Vauban, il nous promènera dans un répertoire à découvrir, de Mozart (Trio du jeu de quilles) à Weber (Quintette avec clarinette). Les violonistes Maïté Louis et Giulia Subba, l'altiste Virginia Luca, le violoncelliste Fabio Fausone, le contrebassiste Umberto Salvetti et le pianiste Franck Pantin seront aussi de la fête, et chacun nous offrira quelques perles de son répertoire, de Bach à Saint-Saëns, de Massenet à Haendel, de Delibes à... Keck (création briançonnaise de Galerie d'automne, une pièce pour clarinette justement composée en souvenir des mines paysannes de Villard-Saint-Pancrace. Nous vous attendons toujours aussi nombreux pour partager avec vous ce feu d'artifice musical.

Jean-Christophe Keck, directeur musical

Tarifs : 12 euros – gratuit pour les moins de 12 ans - placement libre

N'hésitez pas à partager cette information avec vos contacts.

mercredi 31 janvier 2018

Pomme d'Api - 28 janvier 2018 - Que d'émotions...

Une fois n'est pas coutume, mais à spectacle exceptionnel,
compte-rendu exceptionnel !


Jean-Christophe renouant avec les opérettes en 1 acte de Jacques Offenbach à Briançon, nous a proposé ce dimanche 28 janvier Pomme d'Api, opérette créée en 1873. Mais au préalable notre maestro nous offrit, comme il en a l'habitude, quelques mises en bouche musicales mettant en valeur les talents de nos amis chanteurs et musicien autour de visages bien différents de ce génial homme de théâtre qu'était Offenbach.







D'abord un Offenbach sensible et touchant voire nostalgique avec un extrait de Fantasio interprété par Xavier Mauconduit accompagné au piano par Diego Mingolla.







Ensuite un Offenbach composant une musique délicate et sublime avec la mort d'Eurydice dans Orphée aux Enfers, un grand moment de poésie interprété par Aude Fabre accompagne au piano par Diego Mingolla.









Enfin un Offenbach pratiquant l'art de cultiver les contrastes, passant d'une romance d'une infinie tendresse à la bouffonnerie la plus délirante, avec un extrait de Madame l'Archiduc interprété par Franck Thézan accompagné au piano par Diego Mingolla.





Et pour clore ces préliminaires avant de savourer notre petite comédie légère à la morale édifiante, notre conteur nous invite à un petit intermède musical, laissant la parole ou plutôt la musique à notre talentueux pianiste, le plus offenbachien des musiciens italiens d'aujourd'hui, Diego Mingolla qui exécuta avec virtuosité La Polka du Mendiant, "anecdotée" par Jean-Christophe sur l'origine du titre.

L'auditoire pris plaisir à se délecter de ces mises en bouche en laissant exploser sa satisfaction par des salves d'applaudissements après chaque interprétation…

Pomme d'Api, pour Jean-Christophe Keck, "est un véritable concentré du génie Offenbachien et c'est peut-être sa meilleure pièce en un acte. Tout comme le livret, la musique est délicieuse, sensible et spirituelle, parfaitement équilibrée entre tendresse et bouffonnerie. C'est pour cela qu'il est indispensable que les interprètes soient d'aussi bons comédiens que d'aussi bons chanteurs."


La ravissante Pomme d'Api (Catherine) est, plus que d'autres imprégnée de cette ambigüité qui reste la marque de fabrique d'Offenbach. Ses auditeurs passent sans transition d'une situation hilarante à une atmosphère pleine d'une déchirante mélancolie et de nostalgie romantique devant un bonheur perdu. "Le théâtre lyrique de l'époque (1873) veut des intrigues sentimentales et aimables, traversées de gros chagrins, mais poivrées désormais de quelques situations risquées."

"L'intrigue est fragile comme un soufflé" disent certains, basée sur trois personnages : une jeune femme, Catherine qui joue à la domestique (Aude Fabre), son amant Gustave (Xavier Mauconduit) qui vient de l'abandonner pour des raisons bassement matérielles, et l'oncle de ce dernier Amilcar Rabastens (Franck Thézan) qui vient de la recruter (sans savoir qu'il s'agit de Pomme d'Api) personnage quelque peu licencieux, mais prêt à pardonner… à l'un comme à l'autre en suggérant les modalités du mariage !











Et puis, quel fabuleux trio, à la fois musical et gastronomique, que celui formé par nos trois truculents personnages qui racontent comment faire cuire des côtelettes, à l'image du "quintette des truffes" du Fifre Enchanté ou des couplets de la poularde dans La Créole "qui ne sont qu'hymnes aux plaisirs et aimables invitations à passer à table."

La magie d'Offenbach ayant opéré sans conteste, ce trio accompagné au piano par Diego Mingolla, dirigé par Jean-Christophe Keck, se retrouvera trissé à la demande d'un public enthousiaste jamais rassasié de côtelettes bien cuites et grillées à souhait, et qui nous quittera sous un tonnerre d'applaudissements !